Se débarrasser de son masque usagé, oui mais pas n’importe où !

C’est un phénomène qui n’épargne malheureusement pas Marquette : chaque jour, des dizaines de masques jetables sont ramassés dans les rues de la ville.

Au-delà de l’irrespect manifeste envers notre cadre de vie commun, ces actes sont à ranger dans la catégorie “délinquance environnementale” :

  • les masques jetables ne sont pas recyclables, ils ne sont pas faits de papier mais de plastique (polypropylène) ; les élastiques sont aussi polluants
  • abandonnés dans la nature, ils mettent 450 ans à se désagréger
  • jetés dans le caniveau, ils finissent par boucher les tuyaux des réseaux d’assainissement et perturber le fonctionnement de la station d’épuration
  • ils peuvent aussi se retrouver dans la Deûle, puis, après quelques semaines, dans la mer.

Bien sûr, ils représentent également un danger de contamination pour celles et ceux qui les ramassent. Un comble alors que l’intérêt du masque est justement de protéger et de ralentir la propagation du virus.

Comment se débarrasser de son masque usagé ?

Le ministère de l’Écologie donne pour consigne de jeter le masque dans un sac poubelle dédié et résistant disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Lorsque le sac est rempli, il doit être refermé puis conservé 24 heures. Il doit ensuite être jeté dans la poubelle pour ordures ménagères (déchets non recyclables).

À défaut de pouvoir appliquer cette procédure, il n’est jamais bien compliqué de trouver une poubelle à proximité, dans la rue ou chez soi, afin d’éviter de se débarrasser du masque n’importe où et n’importe comment.

Pour notre santé et notre cadre de vie, respectons et faisons respecter ce principe simple : un masque usagé ne doit jamais finir ailleurs que dans une poubelle !

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×